Dans quels cas, faut-il modifier le contrat de travail ?

17 Juil, 2023

Lorsque l’employeur souhaite modifier le contrat de travail d’un·e salarié·e, deux situations doivent être distinguées. D’un côté, il y a le changement des conditions de travail du salarié et, de l’autre, la modification d’un ou plusieurs éléments essentiels du contrat de travail. Ces principes sont valables que le contrat soit un CDI ou un CDD.

Le changement de conditions de travail

La modification proposée au ou à la salarié·e ne remet pas en cause une clause prévue dans le contrat de travail. Ainsi, le changement entraîne un « simple » changement de conditions de travail.

Dans ce cas, le ou la salarié·e ne peut pas s’opposer à ce changement, sauf s’il peut justifier d’une atteinte excessive à sa vie privée ou d’un changement lié à un motif discriminatoire. Tout refus injustifié du salarié peut entraîner son licenciement (pour cause réelle et sérieuse, voire pour faute grave).

Toutefois, les salarié·es protégé·es peuvent refuser une modification même s’il ne s’agit que d’une modification des conditions de travail. Les salarié·es protégé·es sont notamment les représentant·es du personnel ou les délégué·es syndicaux.

Le changement d’un élément essentiel du contrat de travail

Cas général

La modification d’un élément essentiel peut être proposée par l’employeur quelle que soit la raison, y compris à titre de sanction disciplinaire. Mais il doit être justifiée par une cause réelle et sérieuse. Il s’agit, par exemple, de proposer de nouvelles attributions suite à la réorganisation d’un service, ou une mutation suite à des problèmes disciplinaires.

Dans ce cas, la modification est une modification du contrat de travail lui-même. Il y a donc un avenant au contrat qui doit être signé par le ou la salarié·e concerné·e. Le salarié n’est pas obligé d’accepter, il peut refuser la modification du contrat qui ne peut, dès lors, être mise en œuvre par l’employeur.

Difficultés économiques

L’employeur peut également proposer une modification d’un élément essentiel en raison de difficultés économiques. Le motif économique est déterminé de la même manière que pour un licenciement économique.

Dans ce cas, l’employeur informe le salarié par lettre recommandée avec accusé de réception. Le salarié a alors un mois pour refuser. Ce délai doit être indiqué dans le recommandé. A défaut de réponse, la modification est considérée comme acceptée.

Si le salarié accepte, les clauses de son contrat de travail contraires à l’accord sont suspendues. S’il refuse, le salarié peut faire l’objet d’un licenciement économique.

Quelques exemples pour différencier les deux

Conditions de travail (pas d’avenant)Élément essentiel du contrat de travail (avenant)
Temps de travailRéduction du temps de travail sans changement de rémunérationRéduction du temps de travail avec réduction de la rémunération ou des avantages inclus dans le contrat
Horaires de travailModification « mineure » des heures de travail (passage d’un horaire 9h/17h à 10h/18h par exemple)Changement du rythme de travail :
– heures de jour à heures de nuit (ou inversement)
– travail continu à travail discontinu, etc.
Lieu de travailChangement d’adresse dans la même ville ou dans le même départementChangement de région (mutation de Paris à Lyon par exemple)
Évolution des missionEvolution des tâches de l’emploiChangement de niveau de responsabilité, de poste notamment retrait de responsabilités ou rétrogradation

Que faire en cas de refus du salarié ?

En cas de refus de la modification proposée, par le ou la salarié·e, l’employeur doit choisir entre 2 options :

  • renoncer à modifier le contrat de travail ;
  • engager une procédure de licenciement.

Bon à savoir : Les services juridiques de la Drieets peuvent vous conseiller sur le cadre juridique et la procédure à suivre en cas de licenciement.

Articles similaires

Fausse-couche : nouvelles mesures RH
Fausse-couche : nouvelles mesures RH

La loi de financement de la Sécurité Sociale 2024 met en place de nouvelles mesures RH pour améliorer l'indemnisation des femmes ayant subi une fausse-couche. Ces mesures complètent la loi de 2023 qui permet la protection des femmes suite à une interruption de...

lire plus
Entreprises : s’organiser pour les JOP 2024
Entreprises : s’organiser pour les JOP 2024

Les jeux olympiques et paralympiques sont un évènement d'envergure. S'ils vont être source d'opportunités, ils vont également avoir des impacts sur les professionnels et les particuliers de Plaine Commune (et plus largement d'Île-de-France). S'organiser pour les JOP...

lire plus
Changements en 2024 : Smic, stage, etc.
Changements en 2024 : Smic, stage, etc.

Janvier est toujours un mois de changements. En 2024, voici les premières nouveautés concernant les salaires. Montant du Smic Le Smic est réévalué chaque année en janvier pour prendre en compte l'inflation. Le nouveau montant à partir du 1er janvier 2024 est : smic...

lire plus

0 Commentaire(s)

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This